• ACCUEIL
  • Medias
  • Actualités
  • Antoinette Dinga Dzondo défend le projet de loi autorisant la ratification de l’accord de financement additionnel du projet Lissungi
Printer Friendly, PDF & Email Imprimer Partager


album

Le Congo à l’instar des autres pays du monde entend lutter contre la pauvreté notamment en faveur des couches les plus vulnérables. C’est dans ce cadre que la ministre des affaires sociales et de l’action humanitaire, Antoinette Dinga Dzondo , est venue ce jeudi 25 juillet 2019, soutenir à la commission économie, finances et contrôle de l’exécution budgétaire le dit projet de loi afin de permettre au Congo de profiter d’un financement additionnel concernant le projet Lissungi  qui s’adresse aux ménages les plus pauvres et aux populations vulnérables. Parlant du niveau d’exécution du projet Lissungi depuis sa création, Mme Antoinette Dinga Dzondo a laissé entendre que ce projet a démarré en 2014 à travers un cofinancement Congo-Banque mondiale. Mais les difficultés financières que rencontre le pays n’ont pas favorisé un rythme de financement régulier de la contrepartie congolaise même si au départ le Congo a donné plus que le partenaire.

Expliquant le caractère spécifique de ce nouveau financement additionnel, la ministre des affaires sociales a souligné que  celui-ci, est un projet HCR- Banque mondiale combiné aux populations du pays d’accueil. Et le Congo, fait partie des 14 pays éligibles à bénéficier de ce financement.  Estimé à 2 milliards de dollars, une fois ratifié par le parlement, ce financement s’occupera en plus des ménages, de l’éducation, de la santé, et des populations autochtones.  Notons que c’est dans la salle 102 du palais des congrès que s’est tenue cette séance de travail, sous la direction du président de la commission, l’honorable Maurice Mavoungou.