• ACCUEIL
  • Medias
  • Actualités
  • Séance de question d’actualité sur l’accord entre le Congo et le Fonds Monétaire International(FMI), Le Chef du gouvernement donne les réponses
Printer Friendly, PDF & Email Imprimer Partager


album

Cette  plénière tenue le jeudi 25 juillet 2019, était suscitée par l’honorable  Venance  Mogna,  élu de Dongou dans la Likouala et appartenant à la commission économie, finances et contrôle de l’exécution du budget. Elle a porté sur le nouvel accord de facilité de prêt que le Congo a signé le 11 juillet 2019, avec le fonds monétaire international.

5 questions  portant sur cet accord ont constitué le menu de cette séance de questions d’actualité.  Celles-ci, ont porté notamment sur : les grandes lignes de cet accord ;  les termes de cette facilité ; les actions urgentes à entreprendre par le gouvernement ; les conditions à remplir ; le coût social. Répondant aux questions, le premier ministre, chef du gouvernement a précisé que le Congo a bel bien obtenu un programme économique et financier de facilité de crédit avec le(FMI), suite à des négociations qui ont duré 2 ans. Le montant est de de 407 milliards de FCFA, sur une durée de 3 ans. Cet accord, a-t-il poursuivi est assise sur plus de 40 conditions à remplir au plutard fin décembre 2019, avec des revues périodiques. Les actions urgentes à mener par le gouvernement concernent : les réformes économiques ; la restructuration de la dette tant extérieure qu’interne ; l’amélioration du climat d’affaire, améliorer la gouvernance ; le volet social par la protection des groupes vulnérables. Sur la vie des populations, Clément Mouamba, a fait souligner que cet accord, il n’est pas question de réduction de la masse salariale chez les agents de l’Etat. « Il n’y aura pas des coupes sombres brutales ». Il revient maintenant aux Congolais dans toute sa composition d’accompagner le gouvernement  à réussir cette feuille de route pour le bien de tous. Et le Congo, qui n’est pas à sa première expérience avec le fonds monétaire international, devrait tirer les leçons du passé, a conclu le député initiateur de cette séance de questions d’actualité.