Printer Friendly, PDF & Email Imprimer Partager


album

Toujours dans le souci d'améliorer la compréhension de toutes les parties concernées par le nouveau code forestier soumis à l'examen du parlement, la Commission Economie et Finances de l'Assemblée Nationale, a eu une séance de travail avec les partenaires sociaux de la fédération bois UNICONGO. Composée. des dirigeants des sociétés d'exploitation forestière, cette délegation est venue traduire ses inquiétudes au sujet des innovations contenues dans le nouveau code pour lesquelles selon ces derniers, ils n'ont pas été associés dans les réflexions ayant guidé l'élaboration de ce nouveau code forestier.

Le souci a porté essentiellement sur le contrat de partage de production dont les articulations pratiques de mise en oeuvre ne sont pas élucidées. Répondant à cette plainte, le Président de la Commission, a d'entrée reconnu le caractère inédit de cette nouvelle expérience en Afrique et au monde dans le secteur du bois. Poursuivant son propos, le Président de la Commission a précisé que cette inovation est irréversible parceque, le Congo désormais tirer profit de son bois. Tout en invitant leurs interlocuteurs à poursuivre les discussions pour sauvegarder les intérêts de toutes les parties, l'honorable a fait constater que sur un chiffre d'affaire de 500 milliars de FCA dans le secteur bois, le trésor congolais n'encaisse même pas 20 millions de recettes issues du bois. A propos, la délégation de la fédération bois UNiCONGO, a annoncé mené un audit en vue de déterminer le profit de l'Etat congolais dans le secteur bois. Les deux parties ont promis de se rencontrer très prochainement.